Le château d'Usson : un bijou de la Renaissance Italienne

La première vie du Château d’Usson 

Le Château d’Usson fut construit à l’origine sur la commune d’Echebrune en Charente-Maritime à 8 kms de son emplacement actuel. Le seigneur Jean de Rabaine décida sa construction en 1536 et fit appel à l’un des architectes les plus réputés de l’époque, Nicolas Bachelier, un illustre élève de Michel-Ange qui donna au Château d’Usson toutes les caractéristiques d’un château Renaissance.

Mais au 17ème siècle, la famille de Rabaine, protestante, subit les conséquences des guerres de religion menées par Richelieu et le Château d’Usson fût partiellement détruit. Les descendants de la famille de Rabaine n’eurent ensuite pas les moyens de le reconstruire et le château resta plus ou moins en ruine.

Il faudra attendre son rachat par William Augereau pour que la vie du château d'Usson prenne une allure des plus inattendues.

La « Renaissance » du Château à Pons

C'est par un acte sous seing privé, le 13 décembre 1879, que William Augereau, maire de Jarnac et propriétaire du château des Egreteaux à Pons, achète les restes du château d'Usson, qui tombait en ruine.

Le château d'Usson revêtait une importance sentimentale pour lui, car il était le lieu de rendez-vous romantiques avec celle qui deviendra sa femme, Céline Masson. Le couple décida alors de le remettre en état. Mais malheureusement, toute restauration s'avéra impossible.

En 1886, M. W. Augereau eut l'idée et surtout l'audace de transporter la galerie et les restes du château sur un petit éperon rocheux dominant la vallée de la Seugne, au village des Égreteaux, à l'endroit même ou s'élevait la propriété familiale.

Un château déplacé pierre par pierre

Cinq années furent nécessaires pour cet ambitieux projet. L'ensemble fut soigneusement démoli, chaque pierre minutieusement numérotée, emballée et transportée à l'aide de petits chariots spéciaux qui devaient parcourir les sept kilomètres séparant le domaine d'Usson du village des Egreteaux.

Non seulement, dans cette reconstruction William Augereau fut son propre architecte, mais encore il n'hésita pas à aider lui-même les ouvriers dans leur travail ingrat et difficile.

De sa composition initiale qui développait une longue façade basse avec une tour isolée au centre de la cour, le talentueux sauveteur a su, avec un art consommé « utiliser les restes », recréer un véritable bijou d’architecture à une échelle plus humaine et intime.

William Augereau n'ayant pas eu d'enfants, après son décès durant la seconde guerre mondiale, le château est racheté par un privé peu scrupuleux qui le dépouille en grande partie...

La nouvelle vie du Château d’Usson : faire découvrir le patrimoine à travers le jeu

William Augereau n’ayant pas de descendant, le Château d’Usson passa ensuite entre de nombreuses mains au cours du siècle qui suivit, certaines peu scrupuleuses. Le Château fût ainsi dépouillé de certains de ses ornements dans les années 1980 par son propriétaire d’alors pour être ensuite revendu à l’étranger. L’État saisit alors le château et le mit en vente.

Il fallut attendre 1998 pour que Philippe Lapouyade choisisse le Château d’Usson avec l’idée insolite de faire découvrir cette perle de la Renaissance au travers d’un grand de jeu de piste : le parc de loisirs du Château des Énigmes ouvre ses portes l’année suivante.

Grâce à cette nouvelle vie, le Château d’Usson retrouve petit à petit son lustre d’antan et accueille plus de 50 000 visiteurs par an, ce qui en fait le château le plus visité de la Charente-Maritime !

 

Zoom sur l'orangerie "Gustave Eiffel"

Le jardin d’hiver, date du XIXème siècle, au moment de la reconstruction du château. Il a été agencé selon les critères ayant cours en ce temps-là. De part et d'autre de l'orangerie, 2 grandes baies vitrées servent de séparation avec le salon et la salle à Manger. Un ingénieux système de poulie permet d'ailleurs de remonter ces 2 vitres entièrement.

Mais ce qui attire l'oeil sont les arcades en fer forgé qui soutiennent la toiture transparente, donnant un effet de grandeur et de démesure. Ce qui était de toute évidence le but de William Augereau qui, étant séduit par les majestueux halls de gare, souhaitait reproduire cet effet de démesure dans son château. Les arcades ont d'ailleurs été commandées à son cher ami Gustave Eiffel. 

La couverture en ardoise qui surplombe la verrière a été ajoutée pour des raisons d'esthétiques, mais également pour apporter un peu de fraîcheur à la végétation.

D'AUTRES AVENTURES SUR PLACE ...

ESCAPE GAME

DECOUVRIR

CABANES DANS LES ARBRES

DECOUVRIR